NABIH SROUR, PLUS QU’UN ARTISTE DU DIMANCHE